Accueil
 


cadre_haut01

Documents of MGW

Interview / Framboise Gommendy

 

Voici ici un texte écrit par Framboise Gommendy, traductrice mais aussi à l'origine de la voix de Sniper Wolf et de Meryl, dans le jeu Metal Gear Solid, pour Metal Gear World.

 

Framboise GommendyMerci à vous.

Metal Gear a été un projet très important pour moi/nous. Tout a commencé par la traduction. Olivier [Deslandes] connaissait Harry, le responsable de la localisation de Konami, avec qui il avait travaillé à plusieurs reprises. Grosse traduction. Enorme. Olivier répartit les charges. Moi, j'avais l'histoire (les dialogues), et d'autres traducteurs se sont partagé le reste. C'était un régal. L'histoire était passionnante. Surtout que j'avais à traduire toutes les différentes versions, les différentes fins, par exemple...

Puis l'enregistrement. Je me souviens que c'était un mois d'août. Au début. Je devais partir en vacances chez ma mère, dans le Sud de la France. J'avais pris mon billet, et bien sûr, l'enregistrement tombait en plein dans mes vacances. Je me suis assise sur le billet! Pour la première fois (et la seule fois), nous avons travaillé des jours et des jours dans les Studios Abbey Road.

Ca fait drôle!

De plus, bien souvent - pour ne pas dire tout le temps - quand on enregistre un jeu, on est tout seul devant un micro, et on "entend" les réponses dans notre tête. On a des séries de phrases de dialogue, sans queue ni tête, sans contexte, sans logique...On ne sait pas du tout comment les autres personnages réagissent... On a quelquefois la voix américaine (pas toujours), et on n'a pas le contexte. Très difficile de faire du bon boulot dans de telles conditions (pensez à ça la prochaine fois que vous critiquez la version française d'un jeu).

Eh bien, pour une fois, grâce à l'impulsion d'Olivier, nous avons travaillé en groupe! Nous parlions avec des gens, nous réagissions à des êtres humains! Mais nous travaillions à partir de la version japonaise! Bonjour!!!! La version japonaise avait été traduite en anglais, et la version anglaise avait ensuite été traduite très précisément au niveau de la longueur de la phrase. Mais bien souvent, la traduction anglaise n'avait pas respecté la longueur des phrases de la version japonaise...

Je me souviens d'une scène en particulier. Je travaillais avec Emmanuel, et je doublais le sniper, la scène où elle raconte le massacre de sa famille. Elle était en pleurs. Moi aussi. Mais en Angleterre, nous n'avons pas de bande rythmo, c'est à dire que le texte ne défile pas sur l'écran, mais que nous l'avons sur le papier. Nous écoutons la voix originale, et nous basons notre interprétations sur les intonations. Mais comme la voix était en japonais, je ne pouvais pas savoir si j'étais "trop courte" ou "trop longue" (en avance par rapport au texte ou en retard). La scène était pleine d'émotions. Alors, ce qui nous avons fait, c'est qu'Emmanuel suivait les sous-titres anglais qui défilaient sur l'écran, tandis que je jouais la scène en écoutant la voix japonaise et en lisant le texte français, et Emmanuel me faisait des signes (plus vite, plus lentement, spot on...).

Quand j'ai fini la scène, j'étais en larmes. Je suis sortie du studio, et Harry s'est éjecté de son siège, il avait lui aussi les larmes aux yeux, il m'a pris les mains et m'a simplement dit "Thank you".

Framboise